Jérôme GRIVEL

Sous bois (mondanités)
2021
37 x 26 x 9 cm
Crayon sur papier, acier

Merci de contacter la galerie pour plus d’informations

Une question ?   
X

- Vous souhaitez d’autres photos de l’œuvre ?

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

- Vous souhaitez voir l’œuvre pour vous décider ?

- Vous voulez en savoir plus sur notre service d’encadrement ?

 

" Je tiens à garder les lectures sur mes œuvres ouvertes et ambivalentes et j’aime que les choses que je mets en place m’échappent et me surprennent.
Je dirai donc simplement que je considère la pratique de l’art comme l’élaboration de sortes de modèles, des réductions qui permettent une expérimentation de formes de vies plus complexes.
Ce travail fait partie de la série mondanités qui aborde l’idée du motif comme quelque chose qui sépare, pose un filtre entre le regard et la réalité de la chose, une sorte de parure ou de maquillage.
Étymologiquement, la cosmétique se rapporte au cosmos (tout ce qui n’est pas monde est immonde). Se farder est une attitude mondaine, elle permet l’appartenance à un monde.
On peut alors penser aux clôtures comme des objets potentiellement décoratifs (après tout, le tressage des grillages est un motif) et ce, alors même que leur fonction première est de circonscrire, séparer, enclore, empêcher. " 

J.G.